Le bétaglucane

Le bétaglucane est un polysaccharide naturel composé de nombreuses molécules de glucose reliées ensemble dans une configuration 1,3 béta. Les polysaccharides en général, et les bétaglucanes en particulier, sont connus de longue date en tant qu’immunomodulateurs. (le terme « immunomodulateur » concerne les substances qui soutiennent et modulent le système immunitaire). Cela fait plusieurs dizaines d’années qu’ils font l’objet de tests et de recherches.

La première investigation portait sur l’effet de réduction de tumeurs d’un polysaccharide appelé « polysaccharide de Shear ». Ses résultats ont été publiés il y a plus de 60 ans. Quelques dizaines d’années plus tard, la publication d’expériences montrant qu’une préparation grossière de levure appelée « zymosan » stimulait les macrophages par l’activation du système de complément, recréa un intérêt pour le sujet. Ensuite, de nombreux chercheurs se sont concentrés directement sur les bétaglucanes, dont les propriétés antibactériennes et anti-tumorales furent bientôt démontrées.

Au milieu des années quatre-vingt, au Japon, deux types de glucane basique, le lentinan et le schizophyllan, reçurent une licence d’utilisation en tant qu’immuno-stimulants efficaces dans les thérapies contre le cancer. Le lentinan est isolé à partir du Lentinus edodes, et le schizophyllan provient du fluide d’une culture de Schizophyllium commune.

Le système immunitaire

Le système immunitaire comporte de nombreux composés qui non seulement sont dans un état d’alerte constant pour repérer les pathogènes envahisseurs, mais recherchent également les moyens de les détruire et de les éliminer de notre corps. En général, il y a trois différents types de cellules impliquées dans les réactions immunitaires. La première ligne de défense est formée par les macrophages. Ces cellules sont présentes dans tous les organes de notre corps, du sang périphérique à nos divers organes tels que la rate, les ganglions lymphatiques, le foie, la peau, le cerveau... et patrouillent constamment leur environnement, à la recherche de tout ce qui peut leur paraître étranger. Les microorganismes envahisseurs, les cellules mutées ou endommagées, ou même les matières macroscopiques telles que de petits morceaux de bois et de la poussière, sont tous considérés comme « étrangers » et potentiellement nocifs. L’importance des macrophages peut encore être soulignée par le fait que ces cellules sont les cellules de défense les plus vieilles et les mieux préservées de l’évolution, et toutes les créatures vivantes sur la terre dépendent des macrophages pour leurs réactions immunitaires.

De façon à bien remplir leur rôle de défense, les macrophages doivent passer d’un état « stable » à un état « activé ». Ce n’est que quand ils seront complètement activés qu’ils pourront remplir leurs nombreuses fonctions. La fonction de base des macrophages est d’analyser la situation, reconnaître les intrus, et de les « phagocyter », (les engloutir). Par la suite, le matériel avalé est détruit par de puissantes enzymes intracellulaires. Mais les macrophages peuvent faire bien plus que cela, en produisant et en activant secrètement de nombreux facteurs impliqués dans la destruction directe des bactéries, détruisant ainsi une grande part des pathogènes qui avaient envahi le corps.

La branche cellulaire des réactions immunitaires a un autre atout, les « lymphocytes T ». Ces petites cellules agissent en étroite coopération avec les macrophages, et quand elles sont activées, recherchent et tuent non seulement les virus, mais aussi les cellules cancéreuses. L’activation des lymphocytes à travers le réseau de macrophages ou par l’intermédiaire de drogues spécifiques produit les cellules « tueuses » (« NK » en anglais). Ces cellules ont un objectif unique : reconnaître et tuer les cellules dangereuses, qui proviennent soit d’infections virales, soit de mutations cancérigènes. Elles représentent vraiment un sous-type de lymphocytes avides de sang.

Les « lymphocytes B » sont un autre type de cellules impliquées dans les réactions immunitaires. Ces cellules sont responsables de la production et de la sécrétion d’anticorps extrêmement spécifiques, qui par la suite, reconnaissent les bactéries et guident les macrophages et les lymphocytes vers les objets qui en sont enduits. Les anticorps agissent par conséquent comme une sorte de drapeau sur la membrane des cellules à abattre, indiquant leurs proies aux macrophages et lymphocytes. Quand ceux-ci ne suffisent pas, notre corps a d’autres systèmes en état d’alerte. Par exemple, nous pouvons citer des systèmes tels que la properdine et la cascade de compléments.

Toutes ces différentes cellules n’agissent pas seules, mais en étroite collaboration. Ces cellules interagissent constamment les unes avec les autres, en fonction des informations transmises par un réseau très complexe de facteurs humoraux tels que les enzymes et les cytokines.

Différents types de glucane

De nombreux types de glucane ont été isolés et décrits au cours de plusieurs dizaines d’années. Malheureusement, tous les glucanes ne sont pas les mêmes, et ils peuvent présenter de très grandes différences, non seulement dans leurs propriétés physicochimiques telles que leur branchement et leur poids moléculaire, mais aussi dans leurs propriétés biologiques. Certains des glucanes décrits n’avaient même aucune activité biologique. En raison de la disponibilité et de la consistance biologique des levures, celles-ci devinrent vite l’object principal de la recherche scientifique sur les glucanes. Encore une fois, plusieurs types de glucane peuvent être isolés de pratiquement toutes les espèces de levure. Cependant, des études plus récentes ont démontré que les bétaglucanes isolés à partir de la levure boulangère Saccharomyces cerevisiae faisaient preuve des effets biologiques les plus puissants et les plus positifs. La plupart des chercheurs considèrent maintenant ce type de glucane comme le plus fiable et le plus constamment efficace. L’avantage supplémentaire est le fait que le glucane dérivé de levure boulangère est moins cher à produire et isoler que les autres. De plus, le bétaglucane isolé de levure boulangère est une substance hautement purifiée, de laquelle toutes les protéines allergéniques potentielles et les polysaccharides ont été retirés.

Comment le glucane fonctionne

  • Comme nous l’avons déjà dit plus haut, les macrophages doivent être activés pour réagir au mieux aux attaques des microorganismes. Ce n’est qu’après plusieurs stades de cette activation en cascade qu’une séquence entière de changements métaboliques se produit, en même temps que des changements sur la membrane des macrophages.
  • Dans de nombreux cas, les bactéries intruses activent elles-mêmes les macrophages, soit directement, soit indirectement par l’intermédiaire de toxines telles que l’endotoxine. Malheureusement, souvent cette activation naturelle ne suffit pas. Parfois les bactéries ne parviennent pas d’elles-mêmes à activer les macrophages de façon adéquate, parfois le système immunitaire entier est affaibli et le nombre de macrophages très insuffisants.
  • De toute évidence, notre système immunitaire a besoin d’aide, et c’est là que le glucane devient utile. Il est capable d’aider notre système immunitaire de deux façons :
  • Tout d’abord, le glucane se préoccupe du nombre de cellules impliquées dans les réactions immunitaires. Toutes celles-ci proviennent de précurseurs se trouvant dans la moelle osseuse. Le flot de nouvelles cellules provenant de la moelle osseuse est régulier, mais limité. Et c’est là que le bétaglucane vient à la rescousse. Il stimule la production de précurseurs dans la moelle osseuse, ce qui a pour effet un flot plus rapide de nouvelles cellules dans le sang et dans tous les organes lymphoïdes.
  • Le bétaglucane interagit également directement avec les macrophages et en est l’un de leurs plus puissants activateurs. Lorsque le glucane se lie au récepteur à la surface de la membrane du macrophage, les macrophages sont activés et désormais capables de fonctionner à leur capacité optimale.
  • Le bétaglucane est également impliqué dans la lutte contre le cancer. Bien que la plupart des tumeurs soient reconnues par le système immunitaire, la réaction des anticorps n’est en général pas assez forte pour stopper la croissance du cancer. Même un système immunitaire parfaitement sain ne peut pas faire face de façon adéquate aux cellules cancéreuses qui prolifèrent. Le bétaglucane est capable de coopérer avec les anticorps. Une fois que la tumeur a été identifiée en tant qu’étrangère, des anticorps spécifiques sont relâchés et se lient ensuite aux cellules cancéreuses. Ensuite, des fragments de complément C3 enduisent la surface des cellules cancéreuses, et c’est alors que les cellules incitées par le bétaglucane, telles que les macrophages, les cellules tueuses et les neutrophiles, reconnaissent ces cellules enduites d’anticorps C3 et les tuent. Il est à noter que les neutrophiles ne reconnaissent normalement pas les cellules cancéreuses, mais en sont capables lorsqu’elles sont stimulées par le bétaglucane. Sans le glucane, la tuerie n’aurait pas lieu, et la situation deviendrait grave très rapidement.

Notre Beta Glucan

 
 

Ù vous pouvez acheter notre Beta 1,3 D glucane?

Novákových 456/8

Les produits peuvent être ramassés seulement
APRÈS UN APPEL TÉLÉPHONIQUE
au cours de la 08 heures - 19h00

 

carte

Novákových 456/8
180 00 Praha 8 - Libeň

Pharmacie "U Zlatého slunce"

www.lekarnauzlatehoslunce.cz

 

carte

Křižíkova 56 / 159
Praha 8 – Karlín

 

We recommend

Heidelberger’s mixture of 7 herbs

Natural combination of seven herbs used for preparation of tea

Helps to clear stomach, intestine and kidney
Stops problems with digestion, flatulence and hemorrhoids
Suppresses heartburn
PEliminates mucus
Helps with skin problems
Supports regeneration of our organism and stimulates immune system
Optimal for children, adults and seniors
Can be used with additional medication